Accueil/L’association

Association pour un projet humanitaire

LES ENFANTS DE MADA

Bien plus qu’un projet, une naissance…

Notre histoire à travers les Enfants de Mada

Les enfants de Mada, une rencontre avec un peuple, une histoire, un pays.

Des contrastes forts, parfois violents même, mais des échanges, des regards et des émotions sincères, quand bien même furent-ils brefs.

Madagascar est un pays à l’histoire chargée, il y a ses détracteurs avec des propos durs à l’égard des Malgaches, il y a les vazas, traduisez les étrangers, qui éprouvent peine et tristesse envers une pauvreté qui ne leur échappe pas, mais toujours au regard des modes de vie dans l’ultra consommation et il y a notre regard qui est tout autre.

En août 2016, nous sommes partis pour la première fois à Madagascar. Il est 17h00, sur la route National 7 en direction de Fianarantsoa, au premier jour sur la terre rouge, nous décidons de nous arrêter avant que la nuit ne tombe. Nous sommes à Antsoatany, une petite commune rurale à une quinzaine de kilomètres d’Anstirabé. Nous déambulons sur l’artère principale et immortalisons quelques scènes de vie lorsque nous sommes très sympathiquement abordés par une femme qui se présente comme Madame le Maire, Véro Rasoa.

C’est de là que tout commence, mais nous ne le savons pas encore. Nous restons un petit moment avec Véro qui nous présente très brièvement son village, son économie, ses ressources sa communauté et ces quelques mots resteront dans nos têtes et nous accompagneront durant notre séjour.

Tout au long de notre premier séjour à Madagascar, nous allons de surprise en surprise, des rencontres émouvantes et des enfants plus attachants les uns que les autres. Nous rentrons avec une image à l’opposé de celle qui nous a été décrite. Alors oui, le niveau de vie n’est même pas comparable au nôtre, mais nous resterons positifs dans notre regard et notre démarche.

Au retour de Madagascar nous comprenons que notre vérité occidentale n’est pas universelle.

Arrive le temps du traitement de nos photos et la sensation d’avoir de quoi partager et donner une belle image de ce peuple et de ce pays si grand, si varié.

Les enfants sont l’avenir, l’innocence chez nous, mais pas à Madagascar, les grands élèvent les petits, souvent confrontés aux difficultés du quotidien, ils peuvent être amenés à travailler jeunes, mais une chose nous a profondément marquée, c’est leur beauté, leur gentillesse et leur maturité.

Beaucoup d’enfants vivent dans les hameaux, sur les hauts plateaux et font le déplacement chaque jour pour aller à l’école. Certains marchent 5km aller-retour, d’autres 10km voir plus.

Ils passent des collines, des marécages, des petits courants etc…

Les plus jeunes ont généralement 6-7 ans. Ils marchent ainsi entre 1h et 4h par jour pour se rendre à l’école. C’est incroyable !

Une belle leçon de vie pour nous, pour nos enfants qui ne réalisent pas la chance qu’ils ont d’aller à l’école ou qui râlent à l’idée d’avoir 30 minutes de bus scolaire.

Madagascar est un pays extraordinaire avec une population qui a le cœur sur la main.

En rentrant de notre premier voyage, nous sommes revenus avec un cœur gros comme l’univers, avec une force et une sensibilité exacerbées,

Ils nous ont comblés de leurs sourires et nous avons eu la chance de pouvoir immortaliser ces merveilleux moments.

Nous sommes revenus pour mieux repartir, avec une seule idée en tête, revenir les mains pleines pour ces enfants aux grands cœurs…

« Les enfants de Mada » est le début d’une grande et longue aventure…

L’opération lancée l’été dernier (juillet et aout 2017) à l’occasion des Voies Off de Arles et du festival des Azimutés d’Uzés, était importante et essentielle pour la suite de notre mission.

Afin de promouvoir au mieux ces 2 évènements, nous avons utilisé les réseaux sociaux (bien entendu) mais nous avons aussi fait 200 affiches (A3) et 500 flyers (A5).

L’exposition « Les Enfants de Mada » est entièrement en Open Edition.

De ce fait, aucune numérotation, légitimant ainsi la vente à des prix très bas et nous permettant de reverser une partie de la vente au profit d’écoles pour lesquelles nous allons acheter des fournitures scolaires.

Nous ne pouvons pas tout écrire, mais notre démarche est de faire en sorte que ces enfants accèdent au savoir et peut être demain, arrivent à atteindre des postes et fonctions leur permettant de vivre différemment et de pouvoir, à leur tout, aider au développement de leur pays.

Lors de nos 2 expositions durant l’été 2017, nous avons vendu près de 200 GLEAM’Art , A chaque vente Art Photo Lab a versé 10 € pour l’achat de matériel scolaire (cahiers, stylos, gommes etc.) qui ont été distribués du 15 au 29 octobre 2017 à Madagascar lors de notre stage photos.

Comment imaginer que cette opération allait rencontrer un tel succès auprès des visiteurs de nos expositions. En guise de quelques stylos et crayons, nous avons fourni en matériel scolaire de quoi aider plusieurs centaines d’enfants de l’école d’Antsoatany.

Mais le plus important dans cette histoire, c’est l’aventure humaine que nous avons vécue lors de notre matinée au coeur de cette école, entourés de centaines d’enfants plus reconnaissants les uns que les autres.

C’est nul doute à cet instant que l’association “Les Enfants de Mada” est née. Pas question d’en rester là, leur accueil, leurs remerciements furent si forts et sincères qu’il nous faut revenir, encore et encore.

La deuxième partie de notre projet prend forme en octobre 2017 ou nous avons emmené un groupe de photographes afin de partager notre amour pour ce peuple et ce pays.

Comme toute aventure, le plus difficile est de la faire perdurer, nous essayerons d’y arriver et nous espérons que notre exposition continuera de plaire en France et au-delà si possible.

Novembre 2017, création de l’association « Les Enfant de Mada »; quelle joie, quelle fierté !
Février 2018, l’heure de l’ouverture du site « Les Enfants de Mada » avec sa boutique en ligne.
Et là, ce n’est plus 10€ par photo que nous pouvons récupérer pour les enfants mais 26€ !

En effet, en passant directement via l’association, nous n’avons plus besoin de plan d’amortissement et pouvons donc céder l’intégralité de nos droits.

Les rêves les plus fous se réalisent, ils évoluent au fur et à mesure, Nous sommes remplis d’idées, et quel bonheur, à chaque retour des terres Malgaches, nous sommes rechargés en ondes positives, Ce peuple est fabuleux, la moindre des choses que nous puissions faire, c’est de le leur rendre.

Ces gens-là n’ont rien, mais ils ont tout !
Nous avons tout et ne sommes que peu…


Elvira & James